Résultats de l’enquête de satisfaction JRIL#3

Nous tenons à vous remercier pour votre participation à notre 3ème édition des journées des infirmiers libéraux qui s’est tenue le 21 novembre dernier à Saint Gilles.

Nous avons lancé une enquête de satisfaction. Le taux de réponse est de 58%.

Il en résulte que vous avez été particulièrement satisfaits de cette journée et c’est avec plaisir que nous vous livrons ci-après les principales conclusions de cette enquête.

Consultez les résultats de l’enquête de satisfaction

Tribune violences faites aux femmes au sein du couple

Le collectif « Mettre à mal la violence, les professionnels de santé s’engagent » rédige une tribune contre la violence faites aux femmes au sein du couple et invite les professionnels de santé à la signer.

 

« Avez-vous des antécédents médicaux ? Du diabète ? De l’hypertension ? Suivez-vous une contraception ? Y a-t-il eu des cancers dans votre famille ? … » Nous vous posons systématiquement ces questions lors d’une première consultation et elles sont naturellement admises. Mais d’autres restent moins évidentes, pour nous, professionnels ou pour vous, qui les recevez : « Comment ça va à la maison ? Avez-vous déjà vécu des moments difficiles ? ». Ces questions sont pourtant essentielles.

Aujourd’hui, la société prend pleinement conscience des violences envers les femmes, notamment au sein du couple. Chaque jour des drames sont révélés, des femmes osent parler, des citoyens témoignent, les médias relatent et analysent les faits, les associations d’aide aux victimes se mobilisent. Les politiques ont fait du sujet une priorité.

Et nous, professionnels de santé, que faisons-nous face à l’insupportable ? Sur 10 femmes présentes dans nos salles d’attente, 3 à 4 sont potentiellement victimes de violences conjugales. Ces drames touchent tous les milieux socio-professionnels, toutes les cultures. Nous avons tous, parmi nos patients, des victimes récentes ou anciennes qui ont besoin de nous. Des femmes le plus souvent, des hommes parfois.

Or nous craignons, en vous interrogeant, d’être intrusif, de perdre votre confiance, de ne pas savoir comment et vers qui vous orienter si besoin, de subir des conséquences judiciaires de notre action.

Et pourtant ! Nous sommes des acteurs de la société. Nous accueillons, soignons et protégeons les femmes, les hommes, les enfants. A ce titre, souvent, nous partageons leur histoire familiale. C’est ce qui aujourd’hui nous oblige.

Nous, professionnels de santé, décidons qu’il est temps d’ouvrir les yeux, de réagir et de nous engager activement contre les violences faites aux femmes. Qu’elles soient verbales, les plus banales, physiques, les plus connues, psychologiques, les plus insidieuses, sexuelles, les plus taboues, économiques, les plus méconnues.

Nous nous engageons à vous poser à chacune, avec respect et empathie, les questions qui vont permettre la parole, et ainsi l’action. Repérer les violences, c’est briser la chaîne du silence.

Nous nous engageons à acquérir la formation qui nous fait défaut, pour comprendre la violence et son emprise, apprendre à favoriser la libération de la parole, connaître les actions à déclencher en cas de danger grave, savoir rédiger des certificats médicaux, apprendre à ne pas agir seul.

Nous nous engageons à identifier les ressources disponibles, par exemple sur le site www.stop-violences-femmes.gouv.fr et sur le site de la Haute Autorité de santé qui a publié en octobre des recommandations sur le repérage des femmes victimes de violence  .

Nous nous engageons à construire le réseau qui nous permettra d’orienter au mieux les victimes : contacts dans les commissariats et les gendarmeries, interlocuteurs du secteur judiciaire, liste des structures sociales de proximité et des associations d’aide aux victimes. Nous nous engageons à échanger les informations utiles à la protection des victimes dans le respect du secret professionnel.

Nous pourrons ainsi accompagner les victimes à leur rythme, préserver leur santé et celle de leurs enfants, les protéger, les soigner. L’enjeu, en lien avec tous les autres acteurs de la société, est de leur permettre de retrouver leur place et leur dignité de citoyen.

 

Signez la tribune en cliquant ICI

 

En savoir plus

Un programme d’ETP par l’UCEP 2.0

L’Unité régionale de Coordination et d’appui à l’Education thérapeutique des Patients (UCEP 2.0) est un dispositif régional, créé suite aux recommandations sur l’Éducation Thérapeutique du Patient (ETP) de la conférence de consensus sur le diabète à La Réunion et à Mayotte organisée en 2016.

Elle s’inscrit dans le Plan Régional de Santé (PRS 2018-2027) et marque l’engagement de l’ARS OI et de ses partenaires dans une stratégie commune de lutte contre le diabète.

L’Éducation Thérapeutique du Patient (ETP) vise à “aider les patients à acquérir ou maintenir les compétences dont ils ont besoin pour gérer au mieux leur vie avec une maladie chronique.” (OMS, 1996)

  • L’UCEP 2.0 accompagne les professionnels de santé libéraux intéressés par l’ETP.
  • L’équipe de l’UCEP 2.0 propose  un programme d’ETP diabète régional “RUN Diabète” afin de déployer des séances  au plus près des patients.

En savoir plus :

Flyer UCEP 2.0

Plaquette UCEP 2.0

Fiche memo

 

Plus d’info sur https://pta974.re/ucep/

Journée départementale de mobilisation contre la dengue

En cette fin d’hiver austral, le virus de la dengue continue de circuler à un niveau important sur le territoire réunionnais, ce qui laisse présager la survenue d’une nouvelle vague épidémique au retour de l’été austral.

La Préfecture de La Réunion et l’ARS-OI lancent une grande journée départementale dédiée à la lutte contre la dengue mercredi 27 novembre 2019.

L’objectif est de mobiliser et de sensibiliser le plus grand nombre aux gestes de protection.

La lutte contre les moustiques est l’affaire de tous et votre rôle est important.

 

 

Téléchargez ci-dessous :

L’Affiche

Le flyer

Le courrier de l’ARS Océan Indien et de la Préfecture de La Réunion

Appel à témoignages

Il apparaît que de nombreux infirmiers libéraux de La Réunion constatent une diminution significative des appels concernant la prise en charge de patients en sortie d’hospitalisation.
 
L’URPS Infirmiers projette de rencontrer, d’ici la fin d’année, les directeurs des soins infirmiers des CHU Nord et Sud, dans un premier temps.
.
Afin de mieux appréhender la question, nous vous proposons de répondre à un court questionnaire et de nous faire part de vos éventuelles expériences en cliquant ICI.
.
.
*L’URPS Infirmiers Océan Indien traite ces données personnelles pour la bonne instruction de votre demande. Ce traitement est basé sur l’intérêt légitime de l’URPS infirmiers à vous assurer la meilleure qualité de réponse possible.
Les données sont destinées aux services internes en charge de leur traitement et seront supprimées au bout de 60 mois à compter de la clôture de la demande.
Vous avez le droit d’introduire une réclamation auprès de la CNIL. Vous bénéficiez d’un droit d’accès, de portabilité, de rectification, d’effacement, de limitation ou d’opposition de celles-ci. Vous pouvez exercer ces droits en nous contactant à contact@urpsinfirmiers-oi.fr

Message d’Alerte Rapide Sanitaire

L’ANSM a été informée fin octobre 2019 par les laboratoires ANIOS d’une contamination par la bactérie Burkholderia cepacia de plusieurs lots du spray « Surfa safe premium », utilisés pour la désinfection des surfaces et des dispositifs médicaux non invasifs. Les premiers résultats d’analyses effectuées début novembre sur d’autres produits du laboratoire ANIOS ont montré que des lots du désinfectant de haut niveau Opaster Anios, utilisé pour désinfecter les endoscopes, sont également contaminés (présence de bactéries Pseudomonas oryzihabitans).
.
L’origine de la contamination serait liée au réseau d’eau de l’usine. Les laboratoires ANIOS procèdent à la désinfection des circuits d’eau. Dans ce contexte, les laboratoires ANIOS ont arrêté la production et la distribution de tous leurs produits. Un redémarrage de l’usine ne pourra être envisagé qu’après vérification de la résolution du problème par l’ANSM.
.
Par conséquent, dans l’attente des résultats des analyses microbiologiques et par mesure de précaution, les laboratoires ANIOS procèdent à un rappel de tous les lots de « Surfa safe premium » et « Opaster Anios ».
Un numéro dédié a été mis en place par les laboratoires Anios : 03 20 67 67 67.
.
Le désinfectant « Surfa safe premium » est largement utilisé :
  • Dans tous les milieux de soins et de prise en charge de personnes vulnérables par les professionnels médicaux et paramédicaux (hôpitaux, cabinets médicaux de ville, hospitalisation à domicile, transports sanitaires, établissement et services médico-sociaux, etc.),
  • Par les professionnels de la petite enfance (crèches, haltes garderies, …).
 .
.
L’utilisation du désinfectant Opaster Anios reste limitée au vu de sa composition qui n’est plus recommandée.
Le rappel de ces lots de « Surfa safe premium » est accompagné d’une conduite à tenir rédigée par la société française d’hygiène hospitalière (SF2H), pour l’utilisation des alternatives. Nous vous invitons à consulter l’annexe ci-dessous.
.
A noter, que la bactérie Burkholderia cepacia est un germe naturellement présent dans l’environnement (dans l’eau notamment). Il s’agit d’une bactérie « opportuniste », c’est-à-dire susceptible de provoquer une infection, principalement au niveau des poumons lorsqu’elle est inhalée par une personne ayant une pathologie pulmonaire sous-jacente telle que la mucoviscidose.
.
Des premières investigations ont permis de constater qu’il n’y a pas eu récemment d’augmentation du nombre de patients contaminés/porteurs de cette bactérie à Burkholderia cepacia.
Des tests microbiologiques sont actuellement réalisées par les laboratoires ANIOS sur l’ensemble de leurs produits et pourront conduire à d’autres rappels si des bactéries sont identifiées.
.
Dans ce cadre, il vous est demandé, dès que possible, selon les contraintes d’approvisionnement et d’organisation de votre structure, par mesure de précaution, et pour la population à risque (en particulier les patients ayant un système immunitaire affaibli notamment par la chimiothérapie, par un traitement immuno-suppresseur ou en attente de greffe ou greffé, hémodialysés, grands brûlés, en séjour prolongé en réanimation, en néonatologie ainsi que les patients atteints de mucoviscidose), privilégier l’usage de produits alternatifs aux produits de la gamme ANIOS répondant aux critères de dispositif médical.
.
Nous vous remercions par avance de votre collaboration et mobilisation.
.

Loi relative à l’organisation et à la transformation du système de santé du 24 juillet 2019

La loi n° 2019-774 du 24 juillet 2019 relative à l’organisation et à la transformation du système de santé a été publiée au Journal officiel du 26 juillet 2019.

Elle contient plusieurs mesures intéressant les infirmiers, parmi lesquelles :

  • l’introduction de la certification à échéances régulières des infirmiers afin de maintenir ses compétences
  • la possibilité pour les infirmiers d’adapter les posologies dans le cadre de certaines pathologies
  • le droit de prescrire des solutions antiseptiques et du sérum physiologique
  • la simplification du dispositif d’appui à la coordination des parcours complexes (MAIA, réseaux, PTA sont fusionnés)
  • l’introduction du télésoin, versant de la télésanté pour les infirmiers
  • la réforme du dispositif des protocoles de coopérations interprofessionnelles

 

  • L’ONI a rédigé une synthèse des articles les plus intéressants pour les infirmiers que vous pouvez consulter en cliquant ICI.
  • Le texte intégral est consultable ICI.

Décès de l’infirmière dans le Loiret

Une Infirmière libérale dans le Loiret (45), au détour de sa tournée, est tombée, sans préjuger de l’enquête criminelle en cours, sous les coups de couteau de son assassin le 20 octobre dernier .

 Agée de 42 ans, notre consoeur s’appelait Karine, elle avait deux enfants et elle  était infirmière. Elle est morte dans l’exercice de ses fonctions. Son nom vient désormais grossir la trop longue liste des infirmiers libéraux victimes de leur devoir.

L’URPS Infimiers Océan Indien salue la mémoire de cette infirmière et adresse ses plus sincères condoléances à sa famille, ses proches, ses amis, ses patients et ses confrères et consoeurs choqués et meurtris par sa disparition tragique.

Alain Duval