skip to Main Content

Arrêtés et décret parus sur la vaccination, les médiateurs de lutte anti-covid et les prélèvements nasopharyngés

Arrêté du 24 décembre 2020 modifiant l’arrêté du 10 juillet 2020 prescrivant les mesures d’organisation et de fonctionnement du système de santé nécessaires pour faire face à l’épidémie de covid-19 dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire 

Objectif : Au regard du fait que dans certaines zones, il existe un « risque de disponibilité insuffisante de professionnels de santé habilités à réaliser l’examen de détection du SARS-CoV-2 inscrit à la nomenclature des actes de biologie médicale pour faire face à la crise sanitaire » (…), « il y a lieu d’autoriser les étudiants ayant validé leur première année en masso-kinésithérapie, à réaliser le prélèvement d’échantillons biologiques nécessaires à l’examen de détection du virus du SARS-CoV-2 et à réaliser les tests rapides d’orientation diagnostique antigéniques nasopharyngés pour la détection du SARS-CoV-2 sous la responsabilité d’un médecin, d’un chirurgien-dentiste, d’une sage-femme, d’un pharmacien, d’un infirmier ou d’un masseur-kinésithérapeute« .

« Considérant qu’il y a lieu pour renforcer le contrôle et la surveillance de la circulation du virus du SARS-CoV-2 au sein de la population de diversifier la politique de tests et de rendre plus efficaces les mesures d’identification des contacts de personnes infectées ; que la mise en œuvre de ces orientations ne peut reposer sur les seules personnes actuellement autorisées à y contribuer et qu’il y a lieu en conséquence de permettre à des personnes dûment formées de participer aux opérations de tests, à la délivrance de messages de prévention et d’accompagnement sanitaire et à la collecte d’informations relatives aux contacts de personnes infectées ».

« Considérant que l’organisation d’opérations de dépistage collectif à l’initiative du représentant de l’Etat lui-même ainsi que celles organisées au sein d’établissements de santé ou d’établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, qui sont liées au risque particulier d’exposition au virus des personnels et personnes qu’ils accueillent et en lien direct avec leur activité, peuvent être dispensées de l’obligation de déclaration préalable au représentant de l’Etat ».

 

 

Objectif : « Modalités de distribution, de prescription, de dispensation et d’administration des vaccins (…). « A cette fin, il importe que les vaccins soient directement classés sur la liste des médicaments à prescription médicale obligatoire et livrables dans les établissements de santé et médico-sociaux, que les pharmacies à usage intérieur puissent fournir les vaccins aux EPHAD dépourvus de telles pharmacies, que les pharmaciens d’office soient autorisées à délivrer des doses de vaccins destinées à plusieurs patients et que tous les professionnels de santé et étudiants en santé dont les qualifications comprennent la vaccination soient impliqués dans la campagne de vaccination ».

Les derniers articles
6 février 2024

Nouvelle mise à jour de la fiche « Compétences vaccinales infirmières » (février 2024)

Par décision du 7/09/2023, l'ANSM a décidé de classer un ensemble de vaccins sur la liste I des substances vénéneuses.…

8 janvier 2024

Lettre info n°6

Consulter la lettre info n°6 en cliquant ICI

5 janvier 2024

Bonne année 2024 !

L'URPS Infirmiers Océan Indien vous souhaite, à toutes et à tous, une très belle année 2024 💫 L'année qui vient…

Union Régionale des Professionnels de Santé Infirmiers de l’Océan Indien

Nos réseaux

Contactez-nous

URPS Infirmiers OI
14 chemin des Anglais – Bât A – Local n°3
97420 LE PORT

Tél momentanément indisponible

contact@urpsinfirmiers-oi.fr

Back To Top