Recommandations HAS sur la vaccination anti-grippale

L’URPS Infirmiers met en ligne les recommandations de la HAS sur la vaccination anti-grippale et notamment l’extension des compétences des professionnels de santé en matière de vaccination.

 

La HAS souhaite une mise en œuvre simplifiée et coordonnée ainsi qu’un suivi renforcé, « qui contribueraient à délivrer des messages plus clairs à destination des usagers » mais aussi « à valoriser la complémentarité des professionnels de santé en matière de vaccination« . Elle préconise donc, dans un souci d’harmonisation des publics ciblés entre professionnels de santé, de définir des populations éligibles à la vaccination, et ce indépendamment du vaccinateur, en se fondant sur les recommandations vaccinales anti-grippales.

 

Principale recommandation : vacciner sans prescription médicale

Faire en sorte que  la vaccination puisse être proposée et réalisée par les sages-femmes et infirmiers, ainsi que les pharmaciens qui participent à l’expérimentation en cours (lire encadré), à tous les individus de plus de 18 ans dès lors qu’ils sont éligibles aux recommandations vaccinales, et ce sans prescription préalable d’un médecin. La HAS estime en outre que « tous les professionnels de santé habilités à vacciner devraient être en capacité de vacciner tout individu qui en fait la demande à titre individuel, qu’il appartienne ou non aux populations ciblées par les recommandations vaccinales et dès lors qu’il en assume les coûts associés (en dehors des contre-indications à la vaccination)« .

 

Traçabilité 

Cela devra se faire à l’aide d’un outil unique de traçabilité informatisé et partagé, poursuit l’agence, relevant une efficacité limitée de la traçabilité dans l’organisation actuelle. Elle souligne que « la multiplicité actuelle des supports de traçabilité existants (carnet de santé, carnet de maternité, dossier médical personnel, dossier pharmaceutique, carnet de vaccination électronique) n’est pas de nature à favoriser une traçabilité efficace pour l’usager et les professionnels et à éviter une complication de leurs tâches« . La HAS préconise par conséquent la mise en œuvre en amont d’un suivi de l’impact de l’évaluation des pratiques des professionnels de santé en matière de vaccination.

.

 Vaccination accessible au plus grand nombre 

Autre  recommandation : « limiter les occasions manquées de vaccination en multipliant les lieux possibles de vaccination« . L’objectif est de faciliter l’accès à la vaccination dans les lieux où les usagers sont déjà amenés à rencontrer des professionnels de santé : cabinets médicaux, services hospitaliers ou encore établissements médico-sociaux. Il s’agit enfin, explique la HAS dans une quatrième et dernière recommandation, d’accompagner ces mesures d’extension des compétences par des campagnes d’information. L’objectif ? « Faire connaître la complémentarité de l’action des professionnels de santé et la multiplication des accès possibles à la vaccination. »

 

Bilan de l’expérimentation de vaccination par les pharmaciens

La Commission technique des vaccinations (CTV) propose dans son rapport un bilan de la première année d’expérimentation, prévue sur trois ans et menée dans les régions Auvergne-Rhône-Alpes et Nouvelle-Aquitaine, de vaccination par les pharmaciens. Elle indique notamment « qu’il n’a pas été constaté d’évolution significative de la couverture vaccinale dans ces régions« . Les pharmaciens des deux régions ont vacciné 160 000 personnes, dont 92% de plus de 65 ans. La HAS relève toutefois une très bonne acceptabilité de la part des publics concernés. La CTV met aussi en lumière une évolution significative des personnes vaccinées par des infirmiers en France métropolitaine, +4,9% au niveau national par rapport à la saison 2016-2017, avec une augmentation de 8,2% dans les régions non concernées par l’expérimentation et une baisse de 6,4% dans les deux régions expérimentatrices. Pour rappel, les infirmiers peuvent administrer des vaccins contre la grippe, sans prescription médicale, à l’exception de la première injection pour certains publics, depuis 2008. Les sages-femmes disposent de cette compétence depuis 2005 pour les femmes enceintes et leurs nourrissons, et pour leur entourage depuis 2016.

 

Téléchargez ici les recommandations de la HAS sur l’extension des compétences des professionnels de santé en matière de vaccin

emiliedumez

Article mis a jour le 14 août 2018 a 12 h 40 min

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *